Traitement hormonal pour les douleurs articulaires de la ménopause

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Les douleurs articulaires touchent de nombreuses personnes qui vieillissent. Elles constituent l’un des symptômes les plus fréquents lorsqu’elles sont liées à la ménopause chez les femmes.

Les douleurs, la raideur et l’enflure autour des articulations, accompagnées parfois de chaleur, sont des signes qui caractérisent les douleurs articulaires chez les femmes ménopausées.Plusieurs d’entre elles présentent un état déprimant, car ce phénomène naturel réduit leur mobilité et leur souplesse. Si c’est le cas chez vous, pas de panique !

Ces maux ne sont pas des signes de maladie, mais ils annoncent votre incapacité à ovuler. Voici un traitement hormonal pour soulager les douleurs articulaires de la ménopause.

Traitement hormonal pour les douleurs articulaires de la ménopause

Les causes des douleurs articulaires de la ménopause

La ménopause est une période qui n’est pas du tout avantageuse pour les articulations. À un moment de la vie d’une femme (vers 50 ans), un effondrement de sa production d’œstrogènes se manifeste naturellement.

En effet, l’œstrogène permet de supporter les douleurs, et tout ce qui faisait mal avant la ménopause fait plus mal pendant la ménopause.

Et il s’ensuit des douleurs qui surviennent à certaines parties du corps (épaule, doigts, coudes, genoux, rachis…), parfois même des douleurs musculaires.

Les femmes atteintes se sentent rouillées. Elles ressentent beaucoup de difficultés pour faire de petites tâches, comme si elles étaient pétries d’arthrose et de rhumatismes.

Le traitement hormonal pour les douleurs articulaires

Le THS (Traitement Hormonal Substitutif) est conseillé aux femmes dont la ménopause provoque des maux insupportables.

Il est aussi proposé aux femmes atteintes de ménopause précoce et/ou chirurgicale ainsi qu’à celles qui présentent des risques d’ostéoporose ou de maladies cardiovasculaires accrus.

Dans certains pays comme la France, plus de 1,7 million de femmes bénéficient du THS, ce qui est estimé à 17 % des femmes ménopausées. Le THS apporte à l’organisme des hormones qu’il ne produit pas assez tels que l’estrogène et la progestérone.

Ce traitement opère au niveau de la muqueuse utérine au même titre que le faisaient les hormones ovariennes avant la ménopause.

Avant de bénéficier de ce traitement, il est nécessaire de faire un bilan pour connaître votre situation hormonale et apprécier l’absence de contre-indications.

Les risques du THS

Les principaux risques du traitement hormonal substitutif concernent le cancer du sein ou d’autres risques secondaires tels que la phlébite, un accident vasculaire cérébral ou une augmentation du risque cardiaque.

Le risque de cancer du sein est élevé chez les patientes traitées par les œstrogènes : il croît chaque année de 2,3 % sous traitement et ne devient inquiétant qu’après 10 ans.

Les effets secondaires chez les patientes traitées par les œstrogènes peuvent être des nausées, maux de tête, augmentation du poids, une tension au niveau des seins, une irritabilité et un saignement génital intermittent.

Si vous vous retrouvez dans ces derniers cas, l’idéal est de faire recours à un spécialiste

Quelques conseils pour finir

Pour les femmes qui pour des raisons particulières ne peuvent ou n’ont aucune envie de pratiquer le THM, d’autres solutions thérapeutiques ou naturelles sont envisageables.

Parmi elles vous avez :

Ces diverses options sont connues pour leurs effets relaxants. Toutefois, elles n’offrent pas de soulagement à long terme. Vous pouvez aussi pratiquer le yoga et la natation qui contribuent à renforcer les muscles et les articulations sans exercer trop de pression sur eux.

Pour finir, appliquer un bon régime alimentaire pourrait avoir une influence positive sur vos articulations.


Lisez aussi:

Tendinite de quervain: ostéopathie ou opération ?